« L’Evangile de la Vie » en KBR !

Dans la lumière du Christ Ressuscité, ce week-end, à la demande des quelques jeunes couples, qui ont commencé de se réunir quelques fois au cours de cette année, nous avons invité le directeur de la Caritas de Sochi, Alexandre Gregorievitch, un médecin arménien catholique, spécialisé pour parler sur la transmission de la vie.

Samedi en fin d’après-midi à Nalchik, la journée de dimanche à Prokhladny, et dimanche en fin d’après-midi à Blagoveshenka. Partout il a passionné ses petits auditoires de dix à quinze personnes. Il rendu lucide sur les maillons de la chaîne de « culture de mort » caractéristique du monde contemporain, mais surtout a présenté avec justesse, et non sans humour, la beauté et les exigences de la « culture de la vie ».

Au cours de son passage, une paroissienne, Olga, a décidé de se former pour accompagner les jeunes mères de familles et pour l’éducation à la vie et l’amour des jeunes sont proches de la paroisse.

Alexandre a un don de parler, et de faire réfléchir qui a beaucoup plu. Grâce à ce passage, les paroissiens qui sont venue l’écouter ont mieux pris conscience de la beauté du trésor de « l’Evangile de la Vie », ils ont mieux compris comment en vivre, et comment le partager au-delà des dénominations confessionnelles tant ce message est fondamentalement universel.

Ce fut particulièrement émouvant de voir comment la petite fraternité des « rescapés » que les sœurs de Mère Teresa nous confient à Blagoveshenka, écoutaient avec attention et gravité, tant ils comprennent par leur propre expérience les enjeux de cette quête de lumière de vie. Voilà comment nous essayons de nous approprié cette partie si caractéristique de l’héritage spirituel du Bienheureux pape Jean-Paul II.

Publicités

Samedi, une journée d’escalade

Malgré le fait que nous nous trouvons aux pieds des montagnes, autour de Nalchik il n’y a aucun lieu approprié à l’apprentissage de l’escalade. Voilà pourquoi nos amis américains protestants, rencontrés sur les bancs de l’université lors de notre apprentissage du russe, se sont mis au travail pour aménager plusieurs voies d’escalade dans une falaise située à 45 minutes de Nalchik.

Samedi dernier frère Karl-Emmanuel et frère Dan ont rejoint le petit groupe des grimpeurs. Quelques amis sont venus aussi. Après le travail de préparation et l’ascension des voies ouvertes, nous avons eu un temps d’échange pour mieux nous découvrir et pour tisser des liens d’amitié entre américains, français, russes, kabardes et roumains…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’église orthodoxe de Tyrnyaouz

Tyrnyaouz est une ville minière, située à 80 km de Nalchik, dans la vallée de l’Elbrouz. La ville est née durant la période soviétique, autour de l’exploitation du tungstène et du molybdène. Après le démembrement de l’Union Soviétique et l’ouverture du marché, l’usine a fait faillite en raison de la concurrence chinoise. Depuis, le manque de travail et d’avenir ont déterminé une partie des habitants à partir. Malheureusement, tout cela a créé un milieu propice à la criminalité, de sorte qu’aujourd’hui, Tyrnyaouz a mauvaise réputation dans notre république.

En mai 2001, le père Igor Rozin, ancien sauveteur en montagne, converti et devenu ensuite curé de la petite communauté orthodoxe qu’il avait fondée dans cette ville musulmane, est assassiné dans son église. Malgré le choc, la communauté orthodoxe subsiste et l’ancien servant de messe du père Igor, ayant compris qu’aucun prêtre ne viendrait le remplacer à Tyrnaouz, a pris la décision de devenir lui-même moine et prêtre. Il a reçu le nom de Igor, comme son père spirituel, et depuis déjà plusieurs années il dessert à son tour la paroisse de Tyrnaouz.

Chaque fois que nous sommes passés chez lui, nous nous sommes sentis accueillis par un véritable homme de Dieu. De même, sa petite communauté orthodoxe, si elle n’impressionne ni par le nombre, ni par la qualité du chant, nous a chaque fois touchés par la fraîcheur et l’authenticité de sa foi. C’est ainsi que du fond de la vallée, comme du sommet des montagnes, la prière continue de monter, en « droite louange », vers la Sainte Trinité… Cette année, trois frères ont passé la nuit avec eux pour assister à la liturgie orthodoxe de Pâques (célébrée huit jours après la nôtre).

Nous vous présentons un petit film de quelques minutes sur cette paroisse, qui présente assez bien quelque chose des épreuves et de la grâce de cette communauté. (Pour ceux qui ne comprennent pas le russe, la chanson qui accompagne les images s’intitule « Ceci est ma maison ! »). Et bien sûr, nous les confions à votre prière !

 

Persécution religieuse en Russie, ça continue !

Lors de la ballade en montagne, l’appareil photo a surpris avec indiscrétion une scène dans laquelle on voit clairement la persécution des religieux dans ce pays. Voilà les faits, racontés avec la plus grande objectivité.

Après la montée, tout le monde s’était assis pour un moment de repos dans la clairière enneigée, en plein soleil. Un des frères était en train de lancer le plus paisiblement possible des boules de neige sur les enfants, depuis plusieurs minutes. C’est à ce moment-là que le religieux a été poursuivi, attrapé et agressé. Nous vous présentons donc les images, qui parlent d’elles-mêmes.

Heureux les persécutés !..
Heureux aussi (dans ce cas) les persécuteurs !..
Heureux les enfants de Dieu !..

 

 

Album printemps 2012 (part 2)

La véillée du Jeudi Saint

et celle de la nuit de Pâques

"Allez annoncer a mes frères..."

"...et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin des temps !"

Le valée de Bezenghi et le fameux "mur de Bezenghi" avec 4 sommets de plus de 5000 m.

Le campus des alpinistes, au coeur des sommets du Caucase

Le glacier...

...et la montagne dans toute sa beauté

Paix a vous !