Vautours et autres rapaces dans le Caucase

Depuis quelque temps, nous avons commencé à photographier tous ces grands oiseaux qu’on aperçoit régulièrement sur la route de Nalchik a Blagoveshenka, ou bien dans nos balades en montagnes. En essayant d’identifier ces oiseaux, nous avons constaté qu’il s’agissait surtout de vautours et d’aigles, oiseaux qu’on ne voit pas facilement. Voici, ci-dessous, quelques unes de nos photos et les descriptions plus précises, trouvées sur internet.

La perfection du vol…

Le dejeuner…

La bagarre…

Le vautour fauve (Gyps fulvus)

Habitant des falaises escarpées et des zones rocheuses offrant des parois riches de cavités où il pourra nicher, le vautour fauve hante les canyons et les gorges de sa large silhouette, glissant le long des murs de pierre ou planant en groupe dans les courants thermiques, animant le bleu du ciel. Il suffit de lever les yeux. Certains tournoient dans les airs, d’autres restent posés au bord des précipices. (Pour en savoir plus…)

.

Le vautour moine (Aegypius monachus) (Comme quoi nous ne sommes pas les seuls moines de la république…)

Le Vautour moine est l’un des plus grands vautours de l’Ancien Monde. Son plumage est brun foncé sur la majeure partie de son corps. La calotte crânienne est couverte d’un duvet gris clair voire blanchâtre, nettement plus clair que le reste du plumage, ce qui peut passer de loin pour une tonsure : cela est à l’origine de son nom vernaculaire de vautour moine, et de son nom d’espèce scientifique monachius.

Le Vautour moine est en moyenne un peu plus grand que le Vautour fauve (Gyps fulvus). En vol, sa silhouette est plus semblable à celle d’un aigle du fait des ailes uniformément larges, de la tête plus visible et du plumage tout foncé. La forme de ses ailes est nettement rectangulaire chez le Vautour moine, alors que les bords antérieurs sont nettement courbés chez le Vautour fauve.

Le Vautour moine est une espèce extrêmement vulnérable considéré comme quasi menacé par l’IUCN (NT). Le Caucase et le sud de la Russie en comptent environ 100 couples, et la France uniquement 20 couples. (Pour en savoir plus…)

.

Le vautour percnoptère (Neophron percnopterus)

Plus petit que les autres vautours, ce rapace blanc et noir à la face nue et jaune, nous fascine par son ingéniosité et son allure énigmatique. Objet de légende partout où il passe, sa présence revêt une importance culturelle non négligeable.

Transmises de façon orale depuis des siècles, ces légendes rendent évident son statut d’oiseau sacré. L’une d’elles rapporte le mythe de l’Oiseau Phoenix qui s’immolait par le feu pour mieux revenir, renaissant de ses cendres. Transformée au fil des siècles, c’est dans les îles Canaries où ce vautour est encore présent que l’on retrouve sa trace, assurant que lorsque cet oiseau sent la mort, il s’élève jusqu’au ciel et s’évanouit dans les airs… Ne le laissons pas s’envoler si loin, et profitons de sa présence tant qu’elle nous est offerte ! (Pour en savoir plus…)

.

Aigle non-identifié (royal ?)

.

Busard non-identifié…

Advertisements

2 réflexions sur “Vautours et autres rapaces dans le Caucase

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s