Qui est ce barbichu dont le portrait est suspendu au bord de la route qui mène au village, juste au-dessus du panneau « Blagovechenka » ?

ImageCe panneau est à lui seul, un concentré de l’histoire récente du village. Le portrait en aluminium est celui de Kalinine (Mikhaïl Ivanovitch Kalinine, né à  Vierkhniaïa Troïtsa en 1875 et décédé à Moscou en 1946, est un révolutionnaire, homme politique et dirigeant soviétique, président du Præsidium du Soviet suprême, de l’URSS de 1919 à 1946.) qui avait donné son nom au sovkhoze qui s’étendait sur les terres du village.Image

Il n’y a pas si longtemps sous le portrait il y avait d’autres plaques d’aluminium avec gerbes de blé, bidons de lait, et épis de maïs, les productions du sovkhoze. On peut penser que ces plaques, pas trop difficiles à démonter ont fait le bonheur de celui qui avait une réparation à faire et qui cherchait vainement à se procurer  de quoi la terminer ! Seule a subsisté celle de Kalinine, bien trop haute pour celui qui n’a pas d’échelle pour arriver à la détacher.

 

Kalinine reste donc là, tout seul, avec l’humble compagnie des moineaux.

 

En regardant bien la photo, on peut voir que le montant gauche a reçu une bonne giclée de plombs, qu’un porteur de fusil a visé ce panneau. Mais à qui était destiné ce coup de fusil ? Au barbichu ? Ou bien seulement aux moineaux ? Nous ne le saurons jamais.

 

 

 

Le panneau « Blagovechenka », en lettres blanches sur un fond bleu, couleur de la Vierge Marie est, malgré les apparences, beaucoup plus récent. Ce n’est qu’après la disparition de l’Union Soviétique que le village a repris son ancien nom, qui vient de Blagovechénié (Annonciation). On comprend aisément que le communisme athée n’ait pas voulu conserver ce nom qui faisait explicitement référence à la religion, cet opium du peuple, et qu’il lui ait préféré celui d’un des rares hommes politiques de son temps à être mort dans un lit, et pas n’importe quel lit, le sien, chez lui. Ils sont peu nombreux les collaborateurs de Staline à qui cela a été donné. Il doit ce « succès » à s’être bien gardé de s’opposer à Staline, après s’y être risqué une fois, il avait compris. Sa femme, pour quelques paroles critiques envers le Petit Père des Peuples, a fait un séjour de 8 ans dans les camps !

Image

Publicités

Nouveau point culminant dans le Caucase.

Tout récemment, à Blagovechenka, l’horizon du village s’est trouvé modifiéImage

par l’apparition du lanterneau de notre chapelle.

L’autre jour le brave homme qui passait dans la rue, bien assis dans sa télègue, a failli conduire son cheval dans le bas côté tellement il a été surpris de ce qu’il voyait pour la première fois.

Et oui, maintenant le lanterneau est posé et recouvert de sa toiture.

En architecture, le lanterneau est une construction basse en surélévation sur un toit pour aérer ou éclairer, chez nous il fera office de puits de lumière.

 

La chapelle de Blagovechenka se construit tout doucement.

Danil et Dima y travaillent avec art, ténacité, et prudence car maintenant c’est à plusieurs mètres de hauteur qu’ils évoluent.

Depuis peu ils se sont mis à la construction de la voute, elle aussi en torchis, et ce sont des kilos de glaise mélangée à la paille qu’il faut monter et étaler sur le lattis.

Souhaitons-leur une belle arrière-saison, qu’ils puissent avancer dans ce périlleux travail.

 ImageImageImageImageImageImageImageImageImage