Maria Adolfovna vit à la suite de Jésus depuis 93 ans !

img_1756

Entrer une légende

Notre très chère paroissienne Maria Adolfovna va bientot fêter ses 93 ans. Elle a été renversée par un taxi-bus il y a un peu plus d’un an. Depuis elle ne peut plus venir à la messe du dimanche, elle a beaucoup pleuré à cause de cela! Mais elle est très fidèle à la prière à la maison, c’est un vrai bonheur d’aller la visiter.

Elle a un coeur rayonnant, malgré toutes les difficultés inimaginables traversée dans une longue vie de veuvage et d’exil, pas une ombre dans son regard, pas une amertume ne ternit son âme.

Puisse notre vie illustrer, ou plutôt incarner également le sermon sur la montagne avec cette simplicité et cette fraicheur ! « Bienheureux les coeurs purs, ils verront Dieu ! » Bon dimanche !

le matin à Nalchik…

Après les laudes, l’un de nous va célébrer la messe chez les soeurs, le spectacle de la fenêtre de lauré sacristie est contrasté, à l’horizon la nature enneigée resplendissant sous le soleil levant et au premier plan des construction inachevées qui languissent. Bonne introduction à la messe si on y voit une parabole de notre état intérieur : Dieu a fait une oeuvre magnifique, et souvent nous la continuons bien maladroitement… Puisse le Sauveur nous prendre en sa miséricorde !7

Notre père Baudouin-Marie est rentré à la Maison Père

Ce soir, alors que nous venons de lui dire A-Dieu, je suis très ému d’écrire ce faire part sur ce blog qui était la joie de fr. Baudouin-Marie. Il avait pris la suite de fr. Dan pour donner des nouvelles, partager avec vous les joies de la mission, donner des intentions de prières…    fr. Laurent

Voici l’hommage qu’une paroissienne, avec qui il préparait souvent ses homélies a écrit, (j’ai volontairement traduit de manière un peu littérale, pour laisser percevoir le coeur attendri de nos paroissiens) :

Le 9 février 2017                                                                                             Loué soit Jésus Christ !

Le 5 février 2017, après une pénible maladie, notre prêtre, le cher et très aimé père Baudouin-Marie, a quitté ce monde. Nous, tous les paroissiens, nous souffrons d’une perte immesurable. Les mots ne peuvent transmettre notre chagrin parce que c’était un homme d’une grande bonté et très vénéré.

Lorsqu’il est arrivé chez nous, le père Baudouin ne savait pas parler le russe, alors qu’il n’était plus tout jeune, mais il s’y est mis de toutes ses forces, de telle sorte qu’il est devenu un interlocuteur agréable, le confident de nos joies et nos peines et un sage conseiller.

Ses homélies étaient intenses et intéressantes : il savait remplir nos âmes de joies en même temps que de prière.

Dès son arrivée, le père Baudouin s’est épris de la Kabardino-Balkarie, il aimé tout et tous. Dans nos mémoires demeure son doux sourire, qui ne quittait jamais son visage, quand il parlait avec nous. Il fut toujours un homme attentif à l’égard de tous les paroissiens, mais particulièrement à l’égard des enfants. En effet, il savait s’adresser à eux avec une affinité particulière, et ceux-ci le lui rendait avec affection.

Nous n’oublierons pas les fêtes joyeuses, les pèlerinages et les excursions avec notre bon prêtre. S’adresser à lui était toujours simple et léger. Nous remercions le Seigneur de nous avoir donné le bonheur de connaître le père Baudouin.

Il nous a quitté, notre bon prêtre, c’est une grosse peine, mais demeure la reconnaissance de ce qu’il a vécu avec nous, de ce qu’il a fait de bien pour nous.

Et nous tous qui avons connu le père Baudouin, nous devons vivre en gardant précieusement cette expérience qu’il a eu le temps de nous transmettre : le courage et la patience dans la maladie mais surtout l’amour de Dieu et du prochain.

Olga Mokoeva,                 au nom des paroissiens des Nalchik, Prokhladny et Blagoveshenka.