Camp «Verso l’Alto»

Douze adolescents de nos paroisses ont répondu à l’invitation au camp organisé pour eux dans les montagnes proches de l’Elbrouz. Une équipe de volontaires allemands et un jeune hollandais sont venus donner un coup de main à frère Karl-Emmanuel et à frère Dan pour le bon déroulement des activités. Les journées se sont passées dans la simplicité et dans un climat de grande confiance mutuelle. Ce sont les randonnées en montagnes (presque quotidiennes) qui ont permis aux jeunes de mieux découvrir la beauté de leur pays et d’expérimenter leurs capacités physiques, dans des conditions autrement plus difficiles que d’habitude. Les enseignements sur la vie de foi et les changements de l’adolescence, ainsi que les moments de prière ont valu à ce camp de vraiment mériter l’appellation russe de « vacances avec Dieu » (« Kanikuli s Bogom »).

Nous rendons grâces pour l’aide reçue de toutes les personnes de Russie, de France et d’Allemagne, qui ont permis à cette initiative de voir le jour.

Nous vous invitons à regarder le montage photo du camp.

4800 km en 80 heures…pour une rencontre de 90 personnes en 80 heures…

Ainsi peut se résumer statistiquement la 5ème rencontre diocésaine de la jeunesse sur le thème « Réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur » (Phil 4,4).

Pour  nous y rendre avec deux jeunes de notre paroisse, nous avons traversé tout le diocèse pour nous retrouver à son extrémité Est. Nous n’étions qu’à dix minutes de l’Asie, à la nage ! Il aurait suffit de traverser le fleuve Oural, qui coule non loin de la petite ville d’Orsk, but de notre voyage.

Nous avons traversé les 400 km de la steppe Kalmouke, puis longé la Volga sur 400 km, puis  parcouru 300 km de plaines relativement fertiles entre Saratov et Samara avant de piquer vers Orenbourg à travers un plateau pétrolifère s’étendant sur 400 km, et enfin, il ne nous restait plus que 300 km de steppes vallonnées, parsemées d’oasis pour retrouver à Orsk, les jeunes venus de tout notre diocèse.

Ils étaient 90, plusieurs prêtres et plusieurs sœurs les accompagnaient.

Pour eux, aussi le voyage, en voiture ou en train, était déjà une belle expérience. Lorsqu’ensuite nous avons partagé prière, joie et expérience entre nous, on peut dire que tout s’est facilement démultiplié.

Ces 80 heures ont été de mini JMJ… 17 nationalités présentes… Quelle réponse vivante pour celui qui aurait oublié que catholique veut dire universel!

La présence de notre évêque, quasiment tout du long, a été aussi très importante ; voir notre pasteur nous a permis de le suivre dans sa quête du Christ. Sa longue expérience de présence en Russie, son enseignement simple et clair, très proche du catéchisme a donné à chacun les points de repère dont la jeunesse a besoin.

Cela fait 22 ans, ce 1er  août, que notre Evêque est arrivé dans ce grand territoire, nous l’avons félicité et remercié pour son don à l’Eglise en Russie! Que le Seigneur le comble de ses grâces et de ses bénédictions pour  la conduite de notre diocèse Saint Clément qui est à Saratov.

Notre joie a été si profonde et si simple que nous n’avons eu d’autres mots sur le chemin du retour que cela méritait bien autant d’heures voyage; rencontre à réitérer plus souvent!

Groupe IFF Angers

Voici le compte rendu de père Laurent à la fin du séjour des jeunes français à Blagoveshenka:

http://grainesenvie.org/caucase2012/

Il y a trois semaines, onze étudiants de l’IFF Angers, sont venus accomplir leur stage de fin d’étude à Blagoveshenka. Leur année d’étude, sanctionnée par un diplôme de conduite de projets humanitaires, fut aussi un temps de formation pour mieux se connaître et apprendre à vivre et travailler en équipe. Tout au long de cette année scolaire ils avaient préparé le projet de venir nous rendre service, récolté des fonds pour financer leur voyage et leurs service ici.
Nous avons eu beaucoup de joie à les recevoir, partager avec eux ce temps final de leur année de formation. Ils sont arrivés avec des idées assez cadrées, un programme, un projet sur la mission… Et ils ont su s’adapter magnifiquement à tous les imprévus de notre vie, ils n’ont pas perdu leur énergie, leur générosité, leur désir d’aller à la rencontre. Ils ont su servir dans le cadre un peu plus pauvre et désorganisé que nous pouvions leur offrir, en mettant “l’être” devant “le faire”.

Cette mission courte fut un vrai partage de mission avec eux, je n’ai pas eu le sentiment que nous organisions des activités pour les occuper, en revanche, ils se sont associés à nos rencontres et activités de “pré-évangélisation”. Avec eux, nous avons écouté le sage conseil du renard au petit prince : “apprivoise-moi”. Le témoignage de la Bonne Nouvelle passe par un respectueux apprivoisement… non sans grand désir !

  • Ils ont humblement assumé des tâches de la cuisine et des services quotidien, de nettoyage, d’entretien, de jardinage, de petite réparations, de peinture…
  • Ils ont pris du temps pour l’entretien des chevaux, les monter un peu…
  • Ils ont à quatre reprise passé une journée avec les jeunes scolaires du club Aïaz (brise légère), qui est associé à la vie de notre paroisse presque depuis sa fondation il y a 15 ans, et aujourd’hui partenaire du programme de la Caritas “Ecole-Artisans de paix”. La quarantaine de membres de ce club, sur trois classes d’âge, réfléchissent, se forment pour le respect, le dialogue interethnique, interculturel et interreligieux.
  • Ils ont passé une journée avec des étudiants de l’Université de Nalchik en langue française, dont certains se sont associés plusieurs fois à nos activités.
  • Enfin entre autres rencontres intéressantes, tous ont particulièrement apprécié l’exposé vivant et lumineux du directeur de l’antenne locale de la Croix Rouge Internationale.
  • Enfin faute d’avoir pu reconstruire notre grange à foin, ils nous ont offert un abri pour les chevaux déjà apprécié la première journée sous le soleil de plomb de la canicule, puis sous les pluies diluviennes de l’orage.

Lors de leur passage, nous n’avons pas eu l’occasion d’organiser avec eux des activités avec les enfants de nos paroisse, un camp était organisé à Sochi par frère Karl-Emmanuel. Leur visite a été plus orientée vers nos relations extérieures, pour appuyer notre témoignage que l’Eglise est mère et maîtresse en humanité. Alors que l’Eglise fête les 50 ans du début du Concile Vatican II, il était bon de se redire que notre présence n’est pas réservée aux seuls catholiques de notre petite diaspora, en relisant quelques passages clé de Lumen Gentium et de Gaudium et Spes. Nous nous sommes réjouis de nous rappeler que la Mission est celle de l’Eglise toute entière, dans la diversité de ses membres. Le Seigneur vient, le Seigneur est parmi nous… Il est là, dans la prière, la liturgie, mais aussi dans “les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps”.
Ce témoignage de joyeuse générosité de ces étudiants nous a rappelé ce verset du prophète Osée : “je les menais avec des attaches humaines, avec des liens d’amour.” Les quelques paroissiens et amis que les ont côtoyé ne s’y sont pas trompés.

La présence de laïcs à nos côtés va se poursuivre tout l’été. Aujourd’hui deux amis belges d’âge mûr sont venus les remplacer comme volontaires, puis ce sera le tour d’une mère de famille, professeur d’équitation en juillet et d’un groupe de sept allemands en août avec un hollandais, puis d’un français.

Nous espérons qu’en retour ils auront approfondi leur “quête de sens” et rencontre personnelle avec Dieu : Marthe et Marie sont inséparables pour l’union à Dieu, l’hospitalité, le service, la compassion et le témoignage !

Samedi, une journée d’escalade

Malgré le fait que nous nous trouvons aux pieds des montagnes, autour de Nalchik il n’y a aucun lieu approprié à l’apprentissage de l’escalade. Voilà pourquoi nos amis américains protestants, rencontrés sur les bancs de l’université lors de notre apprentissage du russe, se sont mis au travail pour aménager plusieurs voies d’escalade dans une falaise située à 45 minutes de Nalchik.

Samedi dernier frère Karl-Emmanuel et frère Dan ont rejoint le petit groupe des grimpeurs. Quelques amis sont venus aussi. Après le travail de préparation et l’ascension des voies ouvertes, nous avons eu un temps d’échange pour mieux nous découvrir et pour tisser des liens d’amitié entre américains, français, russes, kabardes et roumains…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Camp des adolescents, mars 2012

Les jeunes écoliers étaient en vacances pendant quelques jours. De mercredi dernier jusqu’au dimanche des Rameaux, frère Karl a organisé pour eux un camp à Blagaveshenka. Père Baudouin-Marie les a accompagné pour leur dire la messe et faire aussi office de photographe et de cuisinier… La dame qui nous aidait d’habitude étant en congé, l’infrastructure du camp a du être assurée par les participants eux-mêmes, expérience qui s’est avérée bénéfique par certains côtés.

Voici quelques photographies de ces journées.

 

Le groupe des adolescents

Depuis le mois de septembre un petit groupe de jeunes s’est formé à Nalchik. Quatre jeunes viennent à toutes les activités et quatre autres participent de manière plus irrégulière. Nous avons pris l’habitude de nous retrouver deux fois par mois. De temps en temps au village pour toute la journée d’un dimanche et régulièrement à Nalchik pour une soirée. Nous essayons à ce que la rencontre se déroule en quatre temps: temps de partage, temps de prière, temps de réflexion, temps de charité.

Le temps de partage, c’est le moment le plus difficile, car il s’agit de transmettre une expérience édifiante vécue ou de relater une nouvelle qui nous a marqués en tachant de dire pourquoi. Tenir un « carnet de bord » nous aide beaucoup pour vaincre les difficultés.

Le temps de prière, c’est le temps de communion dans le Christ, que nous voulons vivre en communion avec la paroisse et ses activités (messe dominicale).

Le temps de réflexion est un temps d’échange sur un thème vécu sous la forme d’un petit enseignement, d’une lectio-divina, ou d’un débat.

Le temps de charité, nous permet de nouer de vrais liens entre nous et de découvrir que l’amitié peut prendre toutes les dimensions de notre vie. Les tâches de la vie ordinaire sont un lieu privilégié de  la  charité et en plus l’occasion  de bons de rigolade.

Pour cela nous nous appuyons sur les objectifs pédagogiques du MEJ:

Dimension sociale :

– faire équipe avec d’autres en apprenant à mieux écouter et mieux s’exprimer ;

– vivre ensemble avec un regard bienveillant dans et au-delà du cercle habituel des relations, en acceptant les différences et en s’engageant dans le monde ;

– faire Eglise par des célébrations, des partages et des actions communes.

Dimension personnelle :

– prier et célébrer et ainsi tisser la relation avec Dieu, en vivant de sa Parole ;

– comprendre les Ecritures, les fondements de la foi et l’enseignement de l’Eglise ;

– relire sa vie à la lumière de l’Evangile et faire des choix en s’exerçant au discernement spirituel.

 

En plus des rencontres tous les 15 jours, nous avons fait un petit camp de 3 jours juste après le nouvel an. Nous avons aussi participé au club cinéma qui a lieu une fois par mois à Nalchik.

Quelques photos:

Ce diaporama nécessite JavaScript.