Le mont Elbrouz

Le mont Elbrouz ne fascine pas seulement frère Dan qui en est devenu familier puisqu’il en a fait trois fois  l’ascension. Le mont Elbrouz est mythique, n’est-ce pas là que Prométhée, en personne fut enchainé ?

L’Elbrouz, pour certains, il est le sommet de l’Europe, mais ici on a seulement l’impression que c’est l’Europe qui est à ses pieds.

Au début du XIXème siècle le Général Emmanuel, serbe au service du tsar, a fait une expédition réunissant kabardes et balkars pour en gravir le sommet. [Les caucasiens, amateurs de rapprochements hâtifs, ont vu en Frère Karl EMMANUEL, un descendant du fameux général !]

Depuis quelques années quelques cavaliers et alpinistes commémorent cet évènement, et ce sont les ennemis d’hier, les cosaques et les caucasiens qui se retrouvent maintenant pour cette équipée.

Cette année, père Laurent qui n’est pourtant ni cosaque, ni kabarde, ni balkar, s’est joint à ce groupe. On ne peut plus cacher l’intérêt, que dis-je, la passion de père Laurent pour l’équitation et pour le cheval kabarde, et c’est à ce titre qu’on le considère comme un vrai caucasien d’adoption et qu’il a été invité.

Catherine Michelet, amie du prieuré qui entamait sa Route Transeuropéenne du Cheval Caucase-Pyrénées, était l’autre invitée de cette expédition.

P Laurent et Pégase, son cheval de prédilection, (Pégase, le cheval ailé ! si seulement c’était vrai, les fesses de Laurent auraient moins souffert), a d’abord fait 70 km pour gagner Piatigorsk, puis avec le groupe réuni, 150 km pour arriver aux pieds de la face Nord du célèbre Mont.

150 km à travers les hauts plateaux du Caucase, sauvages et majestueux, avec l’Elbrouz en ligne de mire.

P Dan et P Baudouin-Marie ont voulu vérifier « de visu » la réalité de cet exploit et ont décidé de se rendre eux aussi aux pieds de l’Elbrouz mais, plus prosaïquement en Lada Niva, ce petit véhicule 4X4 russe à toute épreuve.

Et bien oui, père Laurent l’a bien fait, nous l’avons retrouvé bien vivant et émerveillé par tout ce qu’il avait pu admirer, au rythme des pas de sa monture, de l’extraordinaire beauté de la création que le Seigneur a dispensé avec largesse en ces lieux.

Les kabardes et les balkars musulmans, sont caucasiens par le sang, les cosaques orthodoxes sont caucasiens par l’histoire, et Père Laurent, catholique, s’il est devenu caucasien par le cheval, l’est aussi devenu parce que comme saint Paul, il se veut tout à tous (1 Co 9, 22). Et ça, c’est une leçon pour ses frères.

Publicités

Camp «Verso l’Alto»

Douze adolescents de nos paroisses ont répondu à l’invitation au camp organisé pour eux dans les montagnes proches de l’Elbrouz. Une équipe de volontaires allemands et un jeune hollandais sont venus donner un coup de main à frère Karl-Emmanuel et à frère Dan pour le bon déroulement des activités. Les journées se sont passées dans la simplicité et dans un climat de grande confiance mutuelle. Ce sont les randonnées en montagnes (presque quotidiennes) qui ont permis aux jeunes de mieux découvrir la beauté de leur pays et d’expérimenter leurs capacités physiques, dans des conditions autrement plus difficiles que d’habitude. Les enseignements sur la vie de foi et les changements de l’adolescence, ainsi que les moments de prière ont valu à ce camp de vraiment mériter l’appellation russe de « vacances avec Dieu » (« Kanikuli s Bogom »).

Nous rendons grâces pour l’aide reçue de toutes les personnes de Russie, de France et d’Allemagne, qui ont permis à cette initiative de voir le jour.

Nous vous invitons à regarder le montage photo du camp.