La Communauté Saint Jean

Les membres de la Communauté Saint Jean veulent vivre les trois conseils évangéliquesenracinés dans les trois alliances révélées dans l’évangile de Saint Jean :

L’alliance avec Jésus dans l’Eucharistie, source d’unité entre l’adoration silencieuse et l’office liturgique. Cette liturgie veut être le plus proche possible de la liturgie monastique, mais sa célébration est allégée à cause des exigences de la vie apostolique et pour que soit donné plus de temps à l’oraison silencieuse en commun.

L’alliance avec Marie, mère et gardienne de la croissance de la foi, de l’espérance et de l’amour, et, comme telle, milieu divin de la vie contemplative. Cette alliance avec Marie – le disciple la prit chez lui (Jn 19,27) – est fondement de l’unité de charité fraternelle vécue dans la vie commune.

L’alliance avec Pierre, en la personne du Saint-Père, dans une obéissance filiale au successeur de Pierre et aux évêques, afin de vivre fidèlement et profondément de la tradition vivante de l’Eglise.

La consécration à la Très sainte Trinité ne peut se réaliser pleinement qu’à travers le sacrifice du Christ, grand prêtre s’offrant lui-même en victime d’holocauste à l’Amour du Père. C’est pourquoi chacun des membres de la Communauté veut vivre du sacerdoce du Christ. Ce sacerdoce, qui est le don le plus précieux laissé par le Christ à son église, s’achève (cf. Col. 1,24) dans le sacerdoce royal des fidèles et dans le sacerdoce ministériel. C’est pourquoi tous désirent, sur le modèle de saint Jean et avec lui, suivre Jésus dans une vie pleinement évangélique, jusqu’à la Croix où il accomplit son œuvre sacerdotale de Fils bien-aimé. Vivre de ce sacerdoce contemplatif exige de tout recevoir dans l’attitude aimante de l’oraison, pour pouvoir ensuite communiquer cet amour à ceux qui en ont soif. Par-là ils glorifieront le Père et aideront les hommes d’aujourd’hui à retrouver le sens de l’adoration et de l’amour fraternel.

Pour que toute leur vie soit offerte dans la lumière de la consécration dans la vérité que Jésus demande au Père pour ses apôtres (Jn 17,17-19), pour mettre, comme Jean, toute leur intelligence au service de l’amour, pour être des témoins fidèles, tout entiers au service de Église, les frères doivent recevoir une formation suffisamment approfondie de l’intelligence. Cette recherche humble de la vérité, purifiant leur intelligence et leur imagination, coopère à la purification du cœur qui est l’œuvre de l’Esprit Saint et de la Vierge Marie. Cette purification est nécessaire pour que l’amour soit plus libre, et plus forte l’attraction de Jésus – celui qui fait la vérité vient à la lumière (Jn 3,21).

Cette formation, pour permettre l’ouverture au monde souhaitée par le Concile Vatican II, inclut une recherche philosophique de ce qu’est l’homme, de sa finalité et de ses aspirations. Elle ne néglige pas les grands problèmes actuels qui se posent au chrétien dans un monde soumis à toutes sortes d’idéologies, souvent athées, qui défigurent l’image de Dieu en l’homme en empêchant son intelligence d’être au service de l’amour. Cette recherche philosophique est elle-même au service d’une formation théologique nourrie par la connaissance de la Parole de Dieu selon la tradition de église à travers les Pères et saint Thomas d’Aquin, en vue de communiquer le mystère du Christ Sauveur dans sa plénitude et son actualité. Ainsi chacun des membres de la Communauté veut répondre au devoir de église de présenter le patrimoine de la foi aux hommes de notre temps (…) d’une façon compréhensible et persuasive (Evangelii Nuntiandi, 3).

Pour que soit toujours maintenue cette exigence que constitue l’approfondissement des trois sagesses – Philosophique, théologique et mystique – la Communauté a fondé l’école Saint Jean, où cet enseignement donné aux frères et aux sœurs est également offert à tous ceux qui désirent le recevoir.