visite du père Dioguenes, vicaire général.

Le vicaire général de notre évêque nous rendu une visite éclair avec quelques paroissiens de son ancienne paroisse de Kazan Il nous a offert une copie de l’icône de ND de Kazan qui a été confiée au pape Jean-Paul II pendant la période soviétique et rendue à la ville après la pérestroïka. https://fr.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame_de_Kazan

Nous avons passé une belle journée… sans compter que notre ancien frère Josaphat-Maria, Martin, est venu passer 10 jours avec nous.

Publicités

20 ans après les JMJ de 1997 des jeunes de Mojaïsk…

Père Yaroslav et son épouse Oksana m’ont invité venir à fêter à Mojaïsk les 20 ans de notre amitié suite aux JMJ de 1997 à Paris. Nous avons passé deux journées toutes chaleureuses et ferventes de retrouvailles. Pour l’occasion Oksana avait déployé les talents qu’on lui connait de metteur en scène en réalisant avec ses jeunes un concert de danse et comédie musicale sur le thème de la famille.

Grâce aux nombreuses rencontres avec les frères de St-Jean à Orléans, St-Quentin sur Indrois et Bologne, Oksana a su rassembler une équipe qui organise avec succès des festivals de la jeunesse orthodoxe (parfois jusque 1000 participants) et à partir des cette année un premier festival des familles orthodoxes.  fr. Laurent

 

 

 

Achèvement des travaux de la chapelle

Grâce à la sollicitude du père Connie, ancien curé de la paroisse, la Province d’Irlande des Missionnaires du Sacré Coeur nous offre les finissions de la chapelle de Blagoveshenka : peinture des murs extérieurs, fixatif sur les murs intérieurs, balustrade et sol de la tribune de l’orgue. Daniil et Dima ont commencé sous le soleil radieux du printemps.

 

Trois néophytes de la nuit de Pâques à Blagoveshenka.

Khatchatour (celui qui porte la croix en arménien) participe à la vie du centre paroissial depuis cinq ou six ans, il a suivi la cathéchèse des soeurs de Mère Teresa. Et voilà que, voyant la belle évolution de son fils, l’an dernier son beau-père Rafik (diminutif de Raphaël) demande à se préparer au baptême. Il a eu une jeunesse un peu malmenée, périgrinante… Nous nous sommes rencontré presque chaque semaine, autour de la table familiale après le travail, nous avons parcouru les grandes étapes de l’Histoire Sainte… Alors la petite soeur Amélia, d’habitude très silencieuse dit qu’elle veut suivre son papa qu’elle estime plus que tout.

L’entrée en Eglise de cette famille est vraiment le fruit de l’action commune de chaque frère (y compris fr. Baudouin-Marie qui a eu une attention particulière pour Khachik assez turbulent et instable quand il a commencé à venir) , des soeurs, des jeunes animateurs et volontaires, de Lena cuisinière… et des chevaux, des chiens et de Ilich le chat !

 

Des étudiants indiens sont venus chanter la Résurrection dans leur langue.

L’Inde a reçu l’Evangile du saint apôtre Thomas, celui-là même qui a été éprouvé dans sa foi après la résurrection : « Si je ne mets pas mes doigts à l’endroit des clous, si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas… Jésus lui dit, cesse d’être incrédule, sois croyant ! » (Jean 20, 19-31)